taxi maroc

Le nombre d'agréments de taxi, grands et petits, dépasse les 70.000 alors qu’en France il atteint seulement les 55.000 autorisations. La différence est criante, sachant que la population marocaine est d’environ 34 millions d’habitants contre plus de 65 millions dans l’hexagone.
Le chiffre de ces licences a été donné, hier lors de la session des questions orales à la Chambre basse du parlement, par le titulaire du département de l’Intérieur, Mohand Laenser issu du Mouvement populaire. Devant les députés, le ministre a tenté d’expliquer l’importance de ce chiffre, soutenant que les bénéficiaires sont « des veuves issues de familles démunies et des résistants ». Laenser a toutefois admis l’existence de « quelques irrégularités ».
Par ailleurs, le ministre a reconnu que le secteur des taxis n’est pas bien organisé et que son ministère est en train de préparer une stratégie visant à le réformer, « le préalable à toute opération de publication des listes des bénéficiaires de ces agréments », souligne le ministre.
Mohaned Laenser a exprimé son refus le plus catégorique de suivre l’exemple de son collègue au Transport et à l’Equipement, Aziz Rebbah. Le PJDiste dévoilait, en février, la liste des sociétés et des personnes physiques détenant des agréments de transports des passagers. Une initiative qui n’a pas été suivie d’actions similaires en dépit des affirmations du même Rebbah sur son engagement à entreprendre la même chose avec les agréments des carrières de sable et de pierre. A chaque fois qu’il est sollicité au parlement sur cette question, il lance aux députés et conseillers cette réponse laconique « nous sommes en train d’actualiser les listes ».